Ail


Allium sativum

Liliaceae

Plante originaire d’Asie centrale, l’ail pousse partout

C’est une plante à bulbe, qui contient des caïeux, appelés à tort gousses

L’ail est connu de toutes les civilisations, comme condiment et plante médicinale

Composition

C’est un remède complexe, et il existe des milliers d’articles scientifiques décrivant ses propriétés

Les composés soufrés sont les plus intéressants

Son principal composant, le disulfure d’allyle,  est formé par la décomposition d’un dérivé soufré de la cystéine, l’Aliine, puis de l’allicine, sous l’action d’une enzyme (aliinase) présente dans le bulbe, et  en présence d’eau. Le fait d’écraser la gousse, plutôt que de la hacher,  permet de favoriser ce processus

On trouve également de l’alisine aux propriétés antibiotiques, des vitamines (A, B et C), des minéraux (calcium, fer, potassium, magnésium, iode, silice, soufre), ainsi que du sélénium

Propriétés thérapeutiques


?  Ce sont surtout ses propriétés dans le domaine cardiovasculaire qui sont actuellement mis en avant :

L’ail est hypotenseur  ( modeste ) , diminue les taux de cholestérol, des triglycérides, de la glycémie

C’est un antiagrégant plaquettaire, anti-inflammatoire (inhibe la synthèse de l’acide arachidonique), et antispasmodique

Il possède une action antioxydante importante

Toutes ces propriétés lui confèrent une place de choix dans la prévention des maladies cardiovasculaires, ainsi que dans  le cadre du syndrome poly-métabolique

?l’ail est antiviral, antibactérien, antifongique (grand médicament des candidoses digestives), stimulant du système immunitaire

? Sa richesse en dérivés soufrés favorise les voies de la détoxification hépatique qui participent à l’élimination des toxiques et des xénobiotiques omniprésents dans notre environnement et notre alimentation

? la présence d’iode lui procure un effet sur la thyroïde ; et comme beaucoup de plantes, l’effet s’inverse selon la dose

–         A faible dose, l’ail  stimule la thyroïde, donc est indiqué dans les hypothyroïdies

–          A forte dose, l’ail provoque une hypo activité, donc est indiqué dans les hyperthyroïdies

? Sur le plan digestif, c’est un spasmolytique, hépato protecteur, cholagogue et cholérétique

? Selon de nombreuses études, sa consommation régulière est un facteur de protection vis à vis des cancers du colon, de la prostate, de l’œsophage, et des reins, grâce à l’allicine

Comment le prendre ?


Sous forme d’ail frais, une à deux gousses ( 3 à 6 g ) tous les matins

Sous forme d’ail séché, en poudre, en gélule, extrait sec, teinture mère

Il existe une spécialité, l’ Inod’ ail, en gélules

Mais le problème majeur de l’ail est l’odeur qu’il peut donner à l’haleine (qui peut être combattue en croquant  des grains de café), mais plus gênant l’odeur qui peut se transmettre à la transpiration, environnant la personne dans une fragrance pas toujours appréciée par l’entourage !

Le plus simple est d’utiliser l’ail en cuisine le plus souvent possible, en écrasant les gousses

Effets secondaires et précautions d’emploi

De principe, pas d’ail dans les 48 h avant une opération, en cas de fortes doses, prudence avec les anticoagulants

Possibles brulures d’estomac en cas de fortes doses

Suivez moi sur Twitter...
... ou sur ma page pro Facebook


Warning: Use of undefined constant cat - assumed 'cat' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/blogphytoth/www/wp-content/themes/devart.1.0.1/devart/footer.php on line 18

Warning: Use of undefined constant p - assumed 'p' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/blogphytoth/www/wp-content/themes/devart.1.0.1/devart/footer.php on line 20