Mélilot

Melitotus officinalis

Plante herbacée biannuelle, jusqu’à 1 m de haut, qui pousse dans les endroits secs et pauvres

Les tiges portent des feuilles trifoliées , et les fleurs jaunes forment des grappes . Le fruit est une gousse contenant souvent une seule graine

Le mélilot doit son nom à son parfum de miel

Les sommités fleuries sont utilisées en phytothérapie

Principes actifs

? Les principaux composants sont des coumarines à activité anticoagulante

Ce sont des hétérosides coumariniques ( 82 composés connus ) : mélilotine, ombelliférone, aesculine, etc..

?  des saponosides à génines triterpéniques ( à propriétés tensioactives )

? Flavonoides, quercétol et kaempférol

? des acides phénoliques : caféique, salicylique, melilotique

Propriétés


–       Veino-lymphatiques : Activité anti-œdémateuse, anti-inflammatoire

Le mélilot augmente le tonus des vaisseaux lymphatiques, veineux, capillaires

Propriétés vitaminiques P, avec diminution de la perméabilité capillaire

Amélioration de la microcirculation, ainsi que de la circulation cérébrale et périphérique

–      Action anticoagulante légère

–         Sédatif , analgésique léger et antispasmodique ( due aux flavonoides )

–         Immunostimulant par la coumarine

Indications thérapeutiques

? Circulatoires :  insuffisance veino-lymphatique, varices, phlébite, hémorroïdes,  ulcère variqueux

? Lymphoedème, des membres inférieurs, des syndromes post-phlèbitiques,

du bras après chirurgie du sein

? sédatif, hypnotique léger dans les insomnies, antispasmodique digestif ,du fait de son action alpha sympatholytique

? les bouffées de chaleurs de la pré-ménopause

Comment le prendre ?

En infusion, en Teinture mère, en EPS ( extrait de plante standardisé ), en extrait fluide, en gélules de poudre

A doses excessive, on peut voir des céphalées, vomissements, épistaxis, méno-métrorragies

Aucune interaction médicamenteuse connue

Suivez moi sur Twitter...
... ou sur ma page pro Facebook