L’endobiogénie et la biologie des fonctions

L’équilibre gloal et harmonieux de l’organisme humain ne peut se concevoir que s’il existe un système d’intégration capable d’assurer a chaque instant la gestion de toute les parties , et se gérer lui-même

Le seul système physiologique qui peut gérer une structure vivante aussi complexe que le corps humain est le système hormonal

Donc, l’endobiogénie, c’est l’étude de la façon dont le système endocrinien manage le terrain

Lorsque l’on fait une prise de sang, c’est pour contrôler que tout va bien, ou pour rechercher une anomalie  Exemple : la glycémie

On établi un lien direct entre le chiffre mesuré dans le sang et l’identification d’une maladie : le résultat est soit normal, soit anormal et se limite à la détection d’un état pathologique ou pré-pathologique

La biologie des fonctions, conçu par le Dr Durafourd,   permet d’aller plus en profondeur dans la compréhension des résultats , car il est possible d’obtenir davantage d’informations à partir des chiffres donnés par le laboratoire

Cela repose sur un principe simple : ce qui se trouve dans le sang circulant n’est que la conséquence de ce que l’organisme à fabriqué

En partant d’une simple prise de sang, on peut donc construire un système qui fait apparaitre de nouveaux chiffres conduisant à une compréhension beaucoup plus large des phénomènes biologiques :

Les index, obtenus grâce à des algorithmes basés sur les données de la physiologie,  permettent de dresser une évaluation quantifiée de l’état du terrain du sujet, en établissant de façon précise l’activité des hormones, et donnant une vision beaucoup plus complexe de la façon dont fonctionne le corps, du niveau cellulaire au niveau tissulaire

Car les niveaux des hormones dans le sang ne sont pas suffisant pour déterminer leurs fonctionnalités

Grace aux index, on peut donc évaluer l’état de la structure du patient, ainsi que ses capacités de réponse aux sollicitations internes comme du monde extérieur

Le suivi de l’évolution des index permet de voir l’évolution des tendances de l’individu et de mesurer l’impact des traitements

Exemple : l’augmentation considérable des diagnostics d’insuffisance thyroïdienne , basé sur le seul dosage de TSH

La biologie des fonctions permet de faire la différence entre une élévation vraie, et une simple sollicitation adaptative de la thyroïde, qu’elle soit temporaire ou durable

la biologie des fonctions est donc un modèle physiologique qui simule le fonctionnement de l’organisme, fonctionnalité à tous les niveaux : cellules, organes, axes endocriniens et organisme

elle permet

→ de comprendre le fonctionnement physiologique de l’organisme et ses tendances pathologiques

→ de déterminer les déséquilibres qui peuvent être les causes réelles d’une maladie

→ de suivre l’évolution de la maladie et d’anticiper les risques possibles de rechutes

→ de suivre l’efficacité d’un traitement , et éventuellement les effets secondaires d’un traitement

Liens :

–  Dr Jean-claude Lapraz  Marie-laure de Clermont-Tonnerre

La medecine personnalisée   odile Jacob

–  la SIMEPI       http://www.simepi.info/

Suivez moi sur Twitter...
... ou sur ma page pro Facebook