le livre est sorti !

Pour commander :

https://www.editions-tredaniel.com/phytotherapie-le-livre-de-reference-pour-se-soigner-au-naturel-p-9325.html

Se prévenir de la Covid-19

 Le seul traitement ayant fait la preuve de son efficacité (hydoxycloroquine et azithromycine) ayant été interdit, et maintenant complètement discrédité auprès de la plupart des médecins, la prise en charge des patients atteints de Covid-19 passe par le doliprane, et l’enfermement à la maison ,en espérant que cela ne s’aggrave pas !

La prévention et le renforcement des défenses immunitaires est donc la seule chose à faire pour nous protéger du SRAS-Cov- 2,  car la vaccination, qui est promue comme l’arme majeure de la prévention anti-Covid-19, n’offre aucune garantie d’efficacité et d’innocuité.

Heureusement,  la phytothérapie possède de magnifiques plantes pour renforcer les défenses naturelles de l’organisme. La plupart des plantes sont immuno-modulantes et permettent d’éviter l’emballement immunitaire, l’orage de cytokines qui est l’apanage des formes graves. Il faut agir en amont de la maladie, pas aux portes de la réanimation.

● Trois plantes majeures à utiliser dans la prévention anti-Covid-19 :

– Le Cyprès Cupressus sempervirens  est une plante qui à montré son efficacité sur de nombreux virus, et en particulier les virus grippaux et les coronavirus habituels, grâce aux  tanins proanthocyanidoliques, les OPC,  qui possèdent les propriétés antivirales. Seuls les EPS ou les extraits de plantes sèches standardisées (Phytostandard), par leur procédé d’extraction, concentrent les tanins et permettent l’action antivirale.  Se prend  en prévention, à raison de 1 cuillère à café par jour ou 1 à 2 comprimés chaque jour.

L’Echinacée Echinacée purpura est immunostimulante et immun modulatrice, anti-infectieuse (antibactérienne, antivirale), anti-inflammatoire. Il faut éviter de la donner sur de longues périodes afin d’éviter d’épuiser le système immunitaire. Le mieux est de la prendre sous forme liquide, à garder dans la bouche un moment avant de l’avaler pour plus d’efficacité, EPS, teinture mère (20 à 100 gouttes) , en comprimés d’extrait. En prévention, associée au cyprès en EPS, elle est extrêmement efficace, (1 cuillère à café par jour) ou en comprimés d’extrait (2 par jour) ,5 jours par semaine.

   – L’Astragale Astragalus mongholicus est  aussi une plante antivirale puissante, immuno modulante, anti-oxydante, anti-fibrosante.. L’astragale est une plante adaptogène,  elle à donc une action profonde de rééquilibrage du terrain.  Se prend sous forme de gélules ou comprimés d’extrait sec (2 à 3 par jour), en teinture mère (30 gouttes 2 à 3 fois par jour), en EPS (1 cuillère à café par jour). Excellente association avec le cyprès pour les personnes plus âgés ,1 cuillère à café ou 2 comprimés d’extraits standardisés, 5 jours par semaine.

●  L’huile de Ravintsara  peut s’utiliser en prévention, en mettant 2/3 gouttes tous les jours sous la plante des pieds ou sur le thorax  tous les matins. Contre-indiquée chez les femmes enceintes ou allaitantes. Il ne faut  pas utiliser les huiles essentielles sur de trop longues durées, mais la mettre en cas d’exposition.

● Indispensables également :

  • La vitamine C  régule l’immunité et bloquerait en partie la pénétration du virus dans les cellules épithéliales. Prendre 250 à 500 mg par jour.
  • La vitamine D est indispensable à notre système immunitaire.. Prendre 3000 à 4000 unités internationales par jour (penser à contrôler son taux sanguin).
  • Le Zinc  exerce  une activité antivirale directe. Prendre 40 mg de zinc par jour.
  • Un microbiote intestinal équilibré est une arme majeure contre les infections. Prendre régulièrement des pré et probiotiques.

La réglisse

Glycyrrhiza glabra

Cette plante vivace, qui peut atteindre 1 m de haut, est cultivée en Asie et autour du bassin méditerranéen. La tige porte des feuilles alternes et les fleurs de couleur lilas donnent des fruits qui sont des petites gousses contenant les graines. C’est la partie souterraine, le rhizome, qui est utilisée au bout de 3 à 4 ans, comme friandise mais aussi comme plante médicinale.

Utilisation traditionnelle

Utilisée depuis des millénaires, par voie orale, elle est antitussive, anti-ulcéreuse, antispasmodique, digestive. Localement, elle est utilisée pour ses propriétés cicatrisantes et anti-ulcéreuses.

Principes actifs

  • Des saponosides triterpeniques (2 à 15%), principalement la glycyrrhizine.
  • Des flavonoides, flavanones, flavones, chalcones , isoflavones.
  • De l’amidon (20 à 30%).
  • Des glucides,D glucose, D galactose, saccharose (3 à 10%).
  • Des polysaccharides
  • Des coumarines.
  • Des huiles essentielles : géraniol, eugénol, estragol.

Propriétés

  • Action anti-inflammatoire liée à l’acide glycyrrhétique, surtout au niveau des muqueuses. La réglisse potentialise l’action des corticoïdes par inhibition de  la désactivation du cortisol, ralentissement de son élimination et prolongation de sa disponibilité.
  • Activité antiulcéreuse par inhibition de la sécrétion acide, effet anti-inflammatoire  et activité antispasmodique. Egalement par une inhibition de la souche Hélicobacter pylori.  
  • Action hépato protectrice, augmente l’activité des enzymes de phase 1.
  •  Action immunitaire : Antiallergique, antiviral (grippe, herpes, CMV, EBV..), antibactérien, anti candida, antiparasitaire.
  • Neuroprotecteur, améliore la mémoire, est anticonvulsivant.
  • Antitussif supérieur à la codéine, expectorant.
  • Activité minéralo-corticoïde, avec rétention de sodium, de chlore et d’eau, et excrétion de potassium accrue.

Principales indications

  1. Sur la sphère digestive
  2. Gastrite, ulcère gastrique.
  3. Toute inflammation intestinale : colopathies, troubles fonctionnels intestinaux, troubles de la perméabilité intestinale.
  4. Hépatites chroniques.
  5. La réglisse à une action laxative douce.
  6. Sur le système immunitaire
  7. Grippe, angine, pharyngite, herpes, mononucléose
  8. Candidoses récidivantes.
  9. Asthme, toux.
  10. En rapport avec son action sur le cortisol : épuisement avec hypotension

Comment la prendre ?

En infusion (une cuillère à café dans 200 ml d’au bouillante, laisser infuser 10 à 15 minutes. 2 à 3 tasses par jour), en teinture mère (30 à 50 gouttes 2 à 3 fois par jour), en EPS (1 cuillère à café par jour), en gélules ou comprimés de poudre ou d’extrait sec (1 à 2 fois par jour).

Précautions d’emploi

La réglisse est déconseillée chez le jeune enfant.

En cas de consommation excessive, des effets minéralocorticoïdes peuvent apparaitre : rétention d’eau, hypertension, œdèmes. Eviter de prendre la réglisse sur de longues périodes, ou la prendre de manière discontinue (5 jours par semaine par exemple).

Contre-indications

Hypertension artérielle, insuffisance rénale grave, grossesse, allaitement.

Toxicité

Aucune connue à ce jour.

La Reine des près

                        

Spirea ulmaria

Egalement appelée Ulmaire, cette grande plante herbacée peut atteindre 2 m de haut. Elle pousse dans les lieux humides, les fossés, les berges de rivière. La tige, rougeâtre, porte des grandes feuilles divisées en folioles dentées. Les fleurs blanches très nombreuses, odorantes, se voient de mai à septembre.

Les sommités fleuries sont utilisées en médecine.

Usage traditionnel

Selon la théorie des signatures, la reine des près était utilisée dans les douleurs rhumatologiques et les fièvres liées à l’humidité. On l’employait comme vulnéraire (qui guérit les plaies et les blessures), anti diarrhéique.

 Au XIXème siècle, un chimiste allemand à découvert la salicyline, comparable à celle isolée auparavant dans l’écorce de saule, l’acide salycilique.  Bayer commercialisa alors un médicament  sous le nom d’aspirine (de spirea).  

Principes actifs

La plante contient

  • Des flavonoïdes, rutoside, quercétine, spiréoside, responsables de l’activité diurétique.
  • Des acides phénols, comme les salicosides dérivés de l’acide salicylique, responsables de l’activité anti-inflammatoire.
  • Des tanins, des mucilages, de l’acide silicique et de la silice.

Propriétés

  • Activité anti-inflammatoire  Les salicosides sont des prodrogues qui sont métabolisées dans l’intestin en saligénine, qui après absorption est transformée par le foie en acide salicylique et non en acide acétylsalicylique, qui n’a donc pas la toxicité gastrique de l’aspirine.  Mais elle à les mêmes propriétés anti-inflammatoire, antalgique et anti-agrégante plaquettaire.
  • Elle est anticoagulante et fibrinolytique, anti-oxydante, diurétique.
  • Elle est astringente, diminue la perméabilité capillaire.
  • Elle est également antibactérienne, contre les bactéries Gram +

et Gram -, le staphylocoque doré et le colibacille.

Indications thérapeutiques

  • Pathologies douloureuses articulaires, arthrose, poussées inflammatoires, goutte, tendinites
  • Myalgies, crampes, courbatures.
  • Algodystrophie dans sa phase initiale.

Comment la prendre ?

En tisane (1 cuillère à café dans une tasse d’eau chaude, laisser infuser 10 minutes, et prendre 3 à 4 tasses par jour), en teinture mère (30 gouttes 3 à 4 fois par jour), en EPS (1 à 2 cuillères à café par jour), en gélules de poudre ou d’extrait sec (2 à 4 par jour).

Contre-indications

Aucune

Précautions d’emploi

Déconseillée chez les personnes présentant une allergie aux dérivés salicylés.

Radis noir

Raphanus niger

Le radis noir est une plante annuelle à grandes feuilles vertes et poilues, avec une tige pouvant atteindre 60 cm.  Les fleurs sont blanches ou violettes, la racine pivotante, à chair blanche, à goût acre, est volumineuse et peut atteindre 50 cm.  C’est la partie utilisée pour ses propriétés thérapeutiques.

Originaire d’Asie, le radis noir est cultivé sous presque tous les climats.

Médecine populaire

Le radis noir est utilisé par voie orale

– pour ses propriétés antitussives, dans la coqueluche et les bronchites.

– pour ses propriétés de stimulation de la fonction biliaire, stimule la digestion et l’élimination des selles.

Principes actifs

La racine contient

– Des composés soufrés comme les glucosinolates, qui sont dégradés en sulphoraphène et susphoraphane, molécules qui induisent les enzymes de la phase II de la détoxification hépatique. A noter qu’à fortes doses, les glucosinolates peuvent induire un hypofonctionnement thyroïdien par captation de l’iode.

– Une essence sulfoazotée, le raphanol.

– Des flavonoïdes, des sels minéraux et des oligo-éléments, comme le soufre.

Propriétés

Le radis noir est cholérétique (stimule la production de bile) et cholagogue (facilite l’évacuation de la bile).

Il augmente les mouvements péristaltiques de l’intestin et à donc un effet laxatif.  

Le sulphoraphène est bactéricide pour l’Hélicobacter pylori.

Le radis noir est un detoxifiant hépatique.

Il est diurétique, prévient les lithiases urinaires.

Au niveau respiratoire, il fluidifie les sécrétions grâce à sa teneur en soufre, et à une activité antiseptique des muqueuses.

Indications cliniques

  • Détoxification hépatique, lors de la prise de médicaments : pilule contraceptive,  traitement hormonal substitutif, chimiothérapie, psychotropes.
  • Insuffisance hépatique, stéatose hépatique, troubles dyspeptiques, migraines hépatiques, constipation.
  • Sinusite, infections ORL à répétition, bronchite à répétition, emphysème, bronchite chronique obstructive BPCO.
  • Eczéma sec.

Formes galéniques

Le radis noir s’utilise à l’état frais, en salade, sous forme de jus frais.

Formes liquides : extrait fluide, ampoules d’extrait aqueux, teinture mère, EPS.

Formes solides : en gélules ou comprimés d’extrait sec.

Précautions d’emploi

Contre-indiqué en cas d’obstruction des voies biliaires.

Grande prudence en cas de lithiase biliaire, commencer par des doses très faibles (risque de migration du calcul dans le cholédoque).

Aucune toxicité.

Pin sylvestre

jim_champion

Pinus sylvestris

Cet arbre, de 25 à 40 m de haut, a colonisé toute l’Europe, et pousse sous tous les climats, mais préfère les sols légers et sableux, le bord de mer, la plaine et la montagne.

Le tronc, rectiligne, est couvert d’écorces qui se détachent par plaques. Les aiguilles, persistantes, sont groupées par deux.

Les fleurs, groupées en chatons, émettent un pollen jaune vif au printemps.  Les fruits, les pommes de pins, sont des cônes ovoïdes écailleux qui murissent au bout de 3 ans, avec des graines (les pignons)

La partie utilisée en médecine est le bourgeon, et les épines sont distillées pour l’extraire l’huile essentielle.

Lire le reste de l’article »

Piloselle

 

rr

 

Hieracium pilosella

Cousine du pissenlit, cette plante à fleur jaune comporte une rosette de feuilles basales au milieu de laquelle s’élève une tige d’une vingtaine de centimètres. Les feuilles sont recouvertes de poils longs, blancs et soyeux (pilos signifie poil en grec).

Elle secrète des substances toxiques (acide caféique) qui empêche les autres plantes de se développer à coté d’elle.

Elle pousse sur des sols silico-calcaires incultes, les près, les bords des chemins, réalisant un véritable tapis végétal.

La plante entière est utilisée en phytothérapie.

Lire le reste de l’article »

Arthrose et soufre organique: Pensez au MSM

 

   Le soufre est un minéral présent dans notre tissu conjonctif, qui est le tissu de soutien de notre organisme : os, peau, tendons, ligaments, aponévrose, etc. Il est présent dans la quasi-totalité des cellules du corps  Il entre dans la constitution des proteoglycanes du cartilage, ainsi que de l’acide hyaluronique.

Il est indispensable à la formation du glutathion, molécule anti-oxydante indispensable à la neutralisation des radicaux libres responsables de la destruction du cartilage.

Le soufre permet également le transport de l’oxygène à travers la paroi cellulaire. Or, on retrouve un manque d’oxygène (hypoxie) dans les mécanismes de l’arthrose.

Lire le reste de l’article »

Une grande plante méconnue : La nigelle

nigella-sativa

 

Nigella sativa ou Cumin noir

Cette plante n’a pas de lien de parenté avec le cumin qui lui est essentiellement  une plante de la digestion.

Quasiment inconnue en Europe, la nigelle est surtout utilisée dans tout le bassin méditerranéen aussi bien en médecine traditionnelle qu’en cuisine (pour les graines).

La graine est riche en huile essentielle et en huile végétale,  dont 50 % d’acides gras polyinsaturés oméga 6 essentiellement.

Les graines sont utilisées pour ses qualités digestives, pour digérer les repas copieux, traiter les flatulences et stimuler le fonctionnement du foie et de la vésicule biliaire.

Lire le reste de l’article »

L’écorce d’orange : un traitement efficace des verrues

warts-on-feet

La verrue, très fréquente sur les mains et le dessous des pieds,  est une petite tumeur cutanée bénigne, due à un virus, le papilloma virus.

La verrue, ou plutôt les verrues car elles vivent souvent en bandes, peuvent disparaitre spontanément, mais le plus souvent sont désespérantes car elles résistent même aux traitements agressifs et parfois douloureux  des dermatologues (cryothérapie à l’azote liquide)

Un remède dit ‘ de bonne femme’ à fait souvent preuve d’une efficacité certaine et de plus est complètement a-traumatique : c’est l’écorce d’orange.

Lire le reste de l’article »

←Older   


Warning: Use of undefined constant cat - assumed 'cat' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/blogphytoth/www/wp-content/themes/devart.1.0.1/devart/footer.php on line 18

Warning: Use of undefined constant p - assumed 'p' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/blogphytoth/www/wp-content/themes/devart.1.0.1/devart/footer.php on line 20